Edouart Adolphe Casimir Joseph Mortier

Le Maréchal Mortier, l'un des 26 maréchaux de Napoléon, commença sa carrière militaire à 22 ans dans les armées de la république.

 

 

Édouard Adolphe Mortier fait de solides études à Douai, il entre en septembre 1791 dans les volontaires du département du Nord et fut élu capitaine par ses camarades. Il fit toutes les campagnes de la République de de l'Empire.
Il est présent à toutes les batailles importantes du nord : Jemmapes, Hondchoote, Fleurus, au siège de Maastricht, avant de passer sur le Rhin en 1795, avec le grade d'adjudant général chef de brigade.
Ayant refusé le grade de général de brigade à la paix de Campoformio (1797), il ne l'obtient qu'en février 1799. Sur le champ de bataille de Zurich, Masséna le fait général de division, le 25 Septembre 1799. En mai 1803, Bonaparte lui ordonne d' occuper le Hanovre, ce qu'il fait en un mois, contraignant l' armée ennemie à la capitulation. Avant de le faire maréchal, Napoléon le nomme colonel général commandant l'artillerie et les matelots de la garde consulaire. Durant la campagne de 1805, Mortier commande l' infanterie de la garde.

 

En 1806, il est chargé d' occuper l'Allemagne du Nord, avant de rejoindre la Grande Armée et de diriger l'aile gauche à Friedland. Duc de Trévise en juillet 1808. Mortier va se battre en Espagne pendant trois ans : Licinena et pont de l'Arzobispo (8 août 1809), Ocaña (19 novembre), où il est blessé, Fuentes de Cantos ( 15 septembre l810), La Gebora (19 février 1811), etc. Durant la campagne de Russie, il commande la jeune garde, est à la Moskova, gouverneur de Moscou, à Krasnoïe, à la Berezina. Il fait toutes les batailles de la campagne de 1813 en Saxe.
Durant la campagne de France, c'est à la tête de la vieille garde qu'il livre les dernières batailles contre l'envahisseur et défend Paris. Durant les Cent-Jours, il accompagne le roi jusqu'à Lille, puis se rallie à Napoléon mais, malade, ne peut se battre à Waterloo.

 

Disgracié lorsque la cour martiale, dont il fait partie, se déclare incompétente pour juger Ney, il recouvre la pairie en 1819, devient ambassadeur en Russie en 1830, ministre de la Guerre et président du Conseil du 18 novembre 1834 au 12 mars 1835, Il est tué par la machine infernale de Fieschi lors d' une revue de la garde nationale et enterré aux Invalides. Le nom de Mortier est inscrit sur l'arc de triomphe de l'Étoile.

 

Une statue colossale en bronze, élevée sur la Grand’Place, rappelle aux Catésiens les faits d’armes du Maréchal Mortier. Elle fut inaugurée le 16 septembre 1838 par le Préfet du Nord. Enlevée de son socle par les Allemands durant la dernière guerre, afin d’être fondue, elle reprit sa place sur son piédestal le 14 juillet 1945.

Un beau portrait du Maréchal Mortier est au Musée des Invalides et sa statue en marbre est placée sous la voûte de l’une des portes d’entrée.

Son carrosse est au Musée de la Voiture à Compiègne.

Un dernier et tardif hommage lui a été rendu le 11 juin 1972 par la pose d’une plaque sur sa maison natale. (cette maison a été détruite, actuellement c’est l’emplacement d’un supermarché).

Date de Naissance

13 février 1768 (Le Cateau Cambrésis) - 1835 (Paris)

Activité - Profession

Maréchal et pair de France, ministre de guerre...